lundi 5 mars 2007

High Fidelity syndrome

Je n'ai jamais trouvé meilleur façon de dépenser mon argent qu'en achetant des disques ; couplé à un manque de temps chronique, mes manies de collectionneurs font que bon nombre des albums que j'ai acquis ces derniers mois n'ont pratiquement pas été écoutés (pas grave, je rattraperai tout le retard pendant ma retraite). Autant dire que quand il s'agit de dépenser l'argent des autres, en l'occurence mon budget d'acquisition, la frénésie d'achat me reprend vite. Comme ce matin où, listes et calculette en main, je déambulais d'un bac à l'autre en emplissant mon panier de nouveautés et de merveilles passées. Arrêt à l'accueil pour la facture, retour en bus avec un sac plein à craquer, et me voilà devant une pile de nouveaux disques bientôt prêts à rejoindre leurs camarades au sein de la médiathèque. Tout en écoutant le nouveau Arcade Fire ("Black Mirror", bon sang quelle merveille), je vérifie mon budget et me promet mentalement d'être plus raisonnable la prochaine fois... en sachant qu'il n'en sera probablement rien. Même avec des possibilités d'achat quasi-illimitées, je râlerais encore de ne pas avoir les moyens nécessaires à ma boulimie musicale et à mon objectif final : un fonds discographique de rêve, un point c'est tout. Rien de plus pénible qu'un passionné.


4 commentaires:

Sonic Eric a dit…

Quelle est ta marge de liberté dans l'achat de disques pour ta médiathèque ?

Sophie a dit…

Bah nan je vois pas ce qu'il y a de pénible, les CD que vous avez achetés c'est pour les faire connaitre a vos usagers, partager vos coups de coeur, c'est plutôt cool !
Et d'ailleurs je m'en vais de ce pas trouver le "Arcad Fire" ;-)

Pitseleh a dit…

sonic eric > Quasi-totale en fait (c'est l'un des aspects les plus chouettes de mon poste), du moment que je parviens à respecter l'équilibre nécessaire entre bon nombre de données (faudra que fasse une petite note à ce sujet). J'achète les disques que je veux, mais je peux aussi éventuellement me faire "forcer la main" si je rechigne à acquérir un disque.

sophie > pénible dans le sens de jamais content, rien de plus !

Anonyme a dit…

un pénible* passionné après de 10 ans passé dans les médiathèques.
-Ah ! mais comment ?! qui veut encore augmenter mon budget d'acquisition ? ça suffit comme ça ! J'achète 25 disques cette année pas un de plus !
- ...

Plus tard.

- Faut encore qu'j'aille chez le marchand ? Je viens d'y aller le trimestre dernier !

Plus tard encore mais chez lui. C'est Noël. Un invité se pointe avec un petit cadeau bien emballé, plat et carré ! - avant même de l'ouvrir :
- ha NON, NON et NON !!! Pas de ça ici ! Dégage avec ça avec que je l'utilise pour t'égorger !


Heureusement, il reste la dématérialisation des supports pour écouter de la musique.

*Claire "Pénible" est ici à prendre au sens premier !