jeudi 22 mai 2008

Parce qu'il n'y a pas qu'Amy Winehouse dans la vie



Ruthie Foster débarque d'Austin, Texas. Pas précisément une pied tendre puisque déjà auteur de trois albums avant ce bien nommé "The phenomenal Ruthie Foster", excusez du peu. L'harmonica et les guitares country sont cette fois placés en retrait, au profit d'un brillant recentrage sur la soul et le blues avec claviers au taquet et toujours une voix... phénoménale. Croisons les doigts pour qu'elle explose un jour.

Beth Rowley, de son côté, a moins le choix : blanche et Anglaise, il ne lui reste que la blue eyed soul chère à Dusty Springfield. Un terrain idéal pour des arrangements sobres qui rendent justice à sa voix classieuse sur des titres qui laissent augurer du meilleur... le jour où son disque ("Little dreamer", censé être sorti depuis quelques jours) sera disponible quelque part. Pour la peine on lui pardonnera même une vilaine reprise sous Lexomil du "Be my baby" des Ronettes. Va en paix, ma fille.


4 commentaires:

charlie a dit…

j'aime beaucoup Beth Rowley. et c'est vrai il n'y a pas que Ami Whinehouse ;)

-Twist- a dit…

Surtout qu'il n'y aura bientôt plus d'Amy Winehouse au rythme où c'est parti...

Nico a dit…

Et la fameuse Sharon Jones et ses Dap Kings ???

Pitseleh a dit…

Sharon Jones est totalement incontournable évidemment, tous ses albums sont de première classe.