lundi 11 février 2008

Rions un peu avec les statistiques

C'est un fait répété, transmis, admis, dénoncé : les horaires d'ouverture des bibliothèques françaises sont trop réduits. A l'appui de cette conclusion, un chiffre éloquent : 20h36 d'ouverture en moyenne (statistiques 2004 de la Direction du Livre et de la Lecture). C'est peu. Trop peu. Différents remèdes sont prônés, tels que l'ouverture généralisée des structures le dimanche et/ou en nocturne, ainsi que le recours massif aux vacataires.

Très bien, à un détail près : ces remèdes sont majoritairement prescrits aux bibliothèques de grandes villes, et non aux petites structures de campagne qui n'auraient guère les moyens d'appliquer une telle politique. Jusqu'ici, tout va bien.

Mais l'absurdité de ce beau théorème ne résiste guère... aux statistiques, celles-là mêmes qui concluaient à une aussi faible amplitude horaire. Car ce chiffre de 20h36 englobe des réalités extrêmement contrastées visibles dans ce petit tableau [edit : qui s'obstine à se décaler vers le bas, si vous avez une explication je suis tout ouïe] :
























































Taille communeNombre de bibs% d'inscritsOuverture par semaine
+ de 300.000 hab.711.137h12
100.000 à 300.000 hab.3816.353h57
50.000 à 100.000 hab.8515.233h21
20.000 à 50.000 hab.29916.728h39
10.000 à 20.000 hab.38918.433h28
5.000 à 10.000 hab.64323.221h16
2.000 à 5.000 hab.93023.815h39
moins de 2.000 hab.52131.411h34

Que voit-on ?

- Que même si des efforts doivent encore être fournis, les "grandes" bibliothèques municipales si souvent montrées du doigt ne s'en sortent pas si mal : passée la barre des 5.000 habitants, l'amplitude d'ouverture dépasse largement les 20h dont nous parlions plus haut.
- Que les structures de villes de moins de 5.000 habitants tirent vers le bas la moyenne d'ouverture horaire, du fait de leur nombre conséquent.
- Et que, paradoxalement, ces mêmes "petites" bibliothèques affichent des taux d'inscrits allant jusqu'au double des structures équipées des métropoles (de quoi créer bien des jalousies).

Les chiffres, on leur fait dire ce qu'on veut.



5 commentaires:

AM a dit…

Question posée un jour d'oral de concours territorial par un jury composé de 9 personnes (1 contre 9 l'angoisse) :

"Vous êtes responsable d'une bibliothèque et le maire vous demande d'ouvrir le dimanche. Que faites-vous ?"

Attention, rester zen, tenir des propos intelligents et tout et tout. Quelques éléments de réponse en parlant de concertation avec l'équipe, volontariat ?...

Mais le jury insiste :

"Le maire veut ouvrir la bibliothèque le dimanche."

Réponse : C'est un ordre. J'applique.

Résultat ? Jury content. Car il voulait souligner la haute notion de hiérarchie. Mais effectivement, je n'ai pas assez insisté sur les moyens pour appliquer une telle demande.

Bien que cette question me trotte de temps en temps dans la tête, et bien d'autres encore, j'ai tout de même réussi le concours (13 postes). C'était en 2005, et je cherche toujours un poste... ah les joies des concours territoriaux où l'on est jugé apte répondre aux petites annonces...

Pitseleh a dit…

Indication plus qu'intéressante, merci ! N'ayant jusqu'ici jamais dépassé le stade de l'écrit (et doutant quelque peu d'y parvenir) je ne m'étais guère penché sur les questions susceptibles de tomber à l'oral. La question concernait le concours de bibliothécaire ?

Encore bonne chance pour les recherches.

AM a dit…

Ben voui. Je l'avais passé en interne.

Boeb'is a dit…

très éclairantes comme statistiques. Néanmoins, je suis quand même pour l'ouverture des bibli des grandes villes le dimanche. Sinon la bibliothèque est quasi réservée aux retraités et aux étudiants.

Yvonnic a dit…

@am
Vous savez combien de procédures de recrutement sont bidonnées dans la territoriale ? Fausses vacances de postes, contractuels prolongés, petits arrangements entre amis, sans compter la sur-qualification par rapport aux tâches, etc ? Non ?
Bonne chance quand mème...